lundi 20 avril 2015

Eaux profanes

Il n'a rien de sacré
ce fleuve-là
Ni Gange ni Narmada
ni même Sabarmati
juste
Tapi.
Un fleuve tranquille
- qui a bien des petites sautes d'humeur en période de mousson-
quelques débordements subits
mais enfin
ici
au village
au bord de la Tapi
on apprend à les aimer
ces sauts brutaux du lit.
Car la manne qu'ils cèdent alors
vaut son pesant d'or.
Des barges de limon
qui font les terres fertiles
sur les rives
et même un peu plus loin...
Ecoutez les paysans Indiens parler
de ces eaux profanes
qui sont sacrées
pour eux
dans "Instantanés du monde sur les rives de la Tapi" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

mercredi 15 avril 2015

Comme on fait son lit...

Il en a plein dans son champ
Jimmy
des lits.
Ces lits de fer à boules de cuivre
qu'ici on boude
plus à la mode.
On les abandonne sur le bord des chemins
Jimmy passe
et récupère.
Rien de tel
pour ne pas se flinguer les reins.
Pas besoin de se baisser!
C'est dans ces lits de fortune
que cet agriculteur des îles
fait des matelas de terre
où il plante ses brèdes
ses choux
ses giraumons.
Culture hors sol.
Oui mais bio
super bio même!
Sans engrais
- Jimmy vous apprend à reconnaître au son, AU SON OUI VRAI DE VRAI
une salade qui a poussé sans engrais-
et en plus
grandi dans du recyclé
qui dit plus
écologiquement correct?
Ecoutez-le dans "Instantanés du monde à La Passe " (cliquez ici pour entendre l'émission et le craquement de la salade élevée sans engrais!!!)
Photographie©Anne Bonneau

lundi 13 avril 2015

Chick' too chic

Aaaaah les plages des Seychelles...
Désertes
eau pure cristalline
chaude
sable fin
what else?
Ben faudrait pas nous les gâcher
tout de même
avec des bêtes
des petites bêtes
bien embêtantes
pour le touriste
arrivé là
à grand frais.
Alors?
Foin de dingue-palu et autre chikungunya en ces contrées.
On traite.
Tout.
Toutes les bêtes.
Oui.
Les maraîchers rencontrés ici pleurent
leurs plans de tomates poussent
fleurissent
et c'est tout.
Pas de fruit.
Plus rien ne pollinise
normal
y'a plus rien.
Plus rien à manger non plus
sur ces terres de cocagne.
Pas chic.
L'histoire des abeilles qui disparaîtraient
et emmèneraient avec elles
le tiers de notre nourriture
c'est pas une fable
là-bas
c'est pour de vrai.
Ecoutez un agriculteur de la Digue parler de son quotidien stérile
avec un rire qui cache la misère
dans "Instantanés du monde à la Passe" (cliquez ici pour ne pas entendre d'abeilles bourdonner)
Photographie©Anne Bonneau

vendredi 3 avril 2015

C'est pas pour les gens fragiles

sculpter la pierre
c'est pas pour les gens fragiles
pas une raison
pour en faire
un attribut masculin.
Jocelyne a dit à sa fille
"Tu n'iras pas à Tahiti"
- entendez, passer un CAP ou un BEP-
"T'es douée en dessin, tu vas faire sculpture!
Et commence par apprendre la sculpture de ton pays!"
La petite a donc mis main à la pierre
durant des années
et se sont ensuivies des études
artistiques
à Tahiti
et en France.
Aujourd'hui elle est heureuse
la petite
mais qu'est ce qu'elle a pleuré
pour en arriver là.
Jocelyne est pensive
"Il faut essayer de freiner ce désir des jeunes pour Tahiti"...
Ecoutez-la, dans "Instantanés du monde à Houmi" (cliquez ici pour l'entendre)
Photographie©Anne Bonneau

jeudi 2 avril 2015

Dans la peau

La culture de son pays
Fara
il l'a
dans la peau.
Et je ne parle pas seulement
du visible
des tatouages
qu'il complète
mois après mois
-ceux-là sont tous jeunes, encore en relief à faire les malins-
mais aussi
l'amour de la terre
de la pierre
et du bois
qu'il façonne
en pahu
tiki
et autres pilons.
Il n'y a que le ciel
qui ne l'inspire pas.
Pas question
de sculpter
en plein soleil.
Sous la tôle
il déplace
ses mastodontes de pierres
et là
le regard
sur la baie
il sculpte
à son rythme
celui de sa terre
et de ses marées...
Ecoutez Fara dans "Instantanés du monde, à Houmi" (cliquez ici pour entendre le sculpteur)
Photographie©Anne Bonneau

mardi 31 mars 2015

Le caillou

Ce jour-là
on inaugurait
"le caillou"
comme l'appelle sans ostentation Fara.
Une sculpture
posée sur le front de mer de Taiohae.
Henri, que vous voyez-là
a pu en parler
durant presque une marée
sur la symbolique
de l'âme marquisienne
de l'oeuf
et de l'oiseau.
Fara, l'auteur de cette oeuvre, m'a simplement dit
"Tu vois, ça c'est un tiki qui boit le kava"
et enchaîné sur les bénéfices du kava.
Et vous
comment regarderez-vous "le caillou"
quand vous passerez
à Taiohae?!
Jocelyne
elle
porte dessus
un regard très particulier...
Ecoutez-la, dans "Instantanés du monde à Houmi" (cliquez ici pour les entendre, tous)
Photographie©Anne Bonneau

lundi 30 mars 2015

La baie et la bête

En allant voir Yvonne
je me suis arrêtée à Houmi.
Là.
Et en écoutant les vagues
faire des chatouilles
aux pieds des badamiers
en entendant rire
deux enfants blonds de sel
échappés de l'unique voilier
je me suis dit
mince
la vie
peut
vraiment
être
douce.
Et là
les débroussailleuses ont commencé à pétarader derrière moi.
Et je me suis enfuie
chez Yvonne.
Qui m'a rappelé
l'anniversaire
du tsunami de 46
- c'est le 1er avril-
tsunami qui avait gentiment
tout emporté
les maisons
les maraes
l'église
sans distinction.
La pierre
et l'eau
surprenante alchimie
on en parle
dans "Instantanés du monde à Houmi" (cliquez ici pour entendre les vagues de Houmi - et les débroussailleuses grrrr-)
Photographie©Anne Bonneau