lundi 22 décembre 2014

Fibre de terre

Je suis arrivée chez Patia Vahiné sans prévenir
comme toujours souvent.
Un chien jaune à la chaîne m'a arrétée dans ma course
et un monsieur au joli chapeau
haut, avec une tresse de corde
a pris le relais du chien
un maillon
me menant
vers Patia Vahiné.
C'est sa dame
et elle est aux champs.
Alors le petit monsieur m'a fait asseoir sous la véranda
loin du chien
en attendant
d'aller quérir sa belle.
Patia Vahiné est arrivée
en essuyant ses mains sableuses
qui plantaient des salades
et m'a accordé la plus grande des attentions
et les plus beaux éclats de son rire.
Passant des salades à l'atelier
des coqs à l'Anne
avec une grande légèreté
et
disponibilité.
Ecoutez-la
dans "Instantanés du monde à Vitaria" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

samedi 20 décembre 2014

Tiki et tabou, fin

Ils sont en os
en bois
en corne.
Des vrais.
Ce sont des tikis
d'ici ou d'ailleurs
d'autrefois
ou des créations
aux allures de.
Sacrés?
Sara pouffe de rire
"Ah ben non, s'ils étaient sacrés, on ne pourrait pas les vendre!"
Manquerait plus que ça...
Ecoutez, la fin des tabous
dans "Instantanés du monde à Hapatoni" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

vendredi 19 décembre 2014

De la beauté

Il n'y a pas de liaisons régulières
entre cette île
et le reste de l'archipel
le reste du monde.
Il n'y a pas d'avion
peu de bateaux.
épisodiques.
Alors les habitants de la vallée
louent parfois
ensemble
un bateau à moteur
pour aller faire quelques achats
à Atuona.
Il y a ici
ce que la nature offre
à qui veut bien la prendre.
Les villageois se servent
pour vivre
et vivre bien.
Pour manger, boire, se couvrir
et aussi
pour faire joli.
Habiller un pilier
de feuilles tressées.
Pas strictement nécessaire.
Mais si
peut-être bien, que si.
Ecoutez la vie quotidienne de la vallée
avec sa part de difficultés
balayées de la main
par les femmes
et sa part ( immense) de beauté
qu'elles créent
au quotidien.
c'est dans "Instantanés du monde à Hapatoni" ( cliquez ici pour les entendre en parler)
Photographie©Anne Bonneau

jeudi 18 décembre 2014

Sur le fil

Oui on peut me montrer
si je veux voir
ça, c'est permis.
Oui on peut m'expliquer
si je ne comprends pas
c'est permis aussi.
Mais non
non non non
on ne va pas me faire une démonstration.
Parce que
c'est dimanche.
Alors.
ça me va.
Toutes les dames sont là
autour d'une brassée de fibres de coco
à moitié tressées
et pourtant
déjà magnifiques.
Elles ont tout le temps qu'il faut
pour me parler
non seulement de la confection
de cet article essentiel en ces contrées
mais de la place qu'il prend
dans les familles
et ce qu'il peut nouer.
Pas seulement les peaux des tambours.
Mais les mères et les filles
travaillant
à la même
ouvrage.
Ecoutez-les, dans "Instantanés du monde, à Hapatoni" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

mercredi 17 décembre 2014

Entre, c'est ouvert!

Dans la vallée d'Hapatoni
le vent traverse les farés
fait voler les rideaux
transporte la musique
de la télé allumée
et les parfums
du repas du dimanche.
Il fait aussi danser les combinaisons de plongées
sur le fil
et les mots
d'un bord à l'autre
du chemin
traversant le village.
Cristina m'invite à déjeuner
c'est dimanche
et le repas
a des allures de banquet.
Mais sans alcool.
"Interdit d'en vendre dans notre vallée"
Par décision des villageois.
"Comme nos ancêtres  Enfin non, eux ils faisaient de l'alcool de coco. Nous, on sait plus faire. Même le café, on ne sait plus quand il faut aller le cueillir."
On a perdu des savoir-faire ici
mais
on en a recréé
beaucoup d'autres...
Ecoutez les villageoises en parler
dans "Instantanés du monde à Hapatoni" ( cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

mardi 16 décembre 2014

T'étais où?

"T'étais où?"
c'est l’accroche
du premier chapitre
du livre "Instantanés du monde"
C'est la question qu'on me pose habituellement
c'est la question que m'a posée
Dominique Roederer
pour son émission "Paris sur mer"
Oui bon, il a pas dit "t'étais où?" hein, on n'est pas devant la machine à café, on est en studio, quand même...
Bref
ça m'a fait tout drôle
qu'il s'installe dans "mon" studio
et prenne "mon" micro
et qu'en plus
il me pose
des questions
à moi!
Une sorte de déséquilibre
obligeant à avancer
qui m'a plongée illico
dans ces voyages entre Inde et Zanzibar
où vous m'avez suivie
Ecoutez!
c'est mené tambour coeur battant
ça donne franchement envie d'aller voir
ça s'appelle
"Ecoutez voir"
et c'est ici
y'a qu'à cliquer

Une liberté

Il leur faut quitter
leur éden
aux enfants
de la vallée d'Hapatoni.
Très tôt.
Trop tôt?
Là, en vacances
ils prennent le temps
de me raconter
le bonheur de vivre ici
comparé à la "grande ville" d'Atuona.
Car ici
leur vallée minuscule
est autrement plus grande.
A eux les chemins de brousse
la quête de fruits, de poissons, d'aventures
lâchés en toute liberté.
Leurs récits magnifiques de chasse à la murène
a des allures de paradis perdu
faisant naître une nostalgie
d'autres chemins de mon enfance.
La mienne était plus riche en gardons qu'en murènes
mais enfin
les tours de vélo
faisaient la même musique
quand
comme eux
on accrochait des petits bouts de cartons
frisant dans les rayons.
Ecoutez-les, plongez-vous, dans leur enfance, de liberté
dans "Instantanés du monde à Hapatoni" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau