samedi 25 mars 2017

De rives en lisières

Il vit dans un village du Kutch
à la frontière du Sind
qui fait partie maintenant du Pakistan
ses ancêtres sont arrivés là
depuis longtemps
Il ne sait pas trop, au juste
mais estime que cela devait être après un de ces grands tremblotements de terre
qui secouent, ici, tous les deux siècles
qui emportent les hommes
et qui obligent les monarques
à repeupler leurs royaumes
avec du sang neuf
et si possible
avec ce qu'il y a de mieux
comme sang
dans tous les domaines.
Les meilleurs des hommes s'établissent ici
et se coulent dans le paysage.
Ismaël Khatri s'est donc glissé avec sa famille aux bords des rivières
jusqu'à ce que les rivières s'assèchent
plus possible alors de continuer à vivre de son art
la teinture des tissus
A moins que...
écoutez les solutions et les interrogations de ce maestro de la teinture et de l'impression dans
Instantanés du monde à AjrakhPur 

vendredi 24 mars 2017

Rinçage, essorage, séchage

C'est pas parce qu'il y a de belles maisons
avec des allures fort policées
pleines de cristaux
de bois de teck
et d'argenterie
que dehors
la nature
ne vit pas sa vie
de nature
sauvage.
Entendez
plutôt violente en ces contrées Gujaraties.
Et que je te brûle les terrasses
par des températures de 45° à l'ombre
et que je t'envoie le rinçage des façades
par des pluies de moussons diluviennes
et que je te gèle les carreaux
en hiver
avec les vents descendus tout droit
ou presque 
de l'Himalaya.
Bref
pas de mesure.
Accrochez-vous, les bâtiments.
Ceux-là tiennent bon
jusqu'à maintenant
courez-les voir
avant qu'il ne soit trop tard.
Vous croiserez 
dans les rues
la nature
sauvage :
des chiens jaunes, le jour
des tortues, la nuit.
Si si.
Et des gens, aussi
Ecoutez-les dans "Instantanés du monde à Sidhpur" (cliquez ici, vous entendrez)
Photographie ©Anne Bonneau

jeudi 23 mars 2017

Mets ton grain de sel

Que font les Bohras
quand ils rentrent au pays?
Ils mangent!
Ils mangent la nourriture du pays
qui, à en croire Husseina
a meilleur goût 
qu'à la maison.
Je ne sais pas
je ne suis pas allée manger
chez Husseina
à Madras
où elle vit.
Mais ici 
à Sidhpur
rien que l'idée
de ça
le petit déjeuner
m'incitait
à me lever fissa!
Assis par terre
tous regroupés autour du plateau
j'attends le signal.
Je fais bien.
Foin de bénédicité
avant de se pâmer les papilles
mais le partage du sel.
Amir vous explique pourquoi 
Dans "Instantanés du monde à Sidhpur" (cliquez là, vous entendrez)
on se doit
de tremper
son doigt
dans le sel
avant de manger.
Vous connaissez d'autres contrées où cela se pratique?
Photographie ©Anne Bonneau