lundi 29 juin 2015

Le sultan et moi

Zanzibar était comme ça
une île au milieu des eaux
oh
très vives
et très passantes.
Des courants d'Est ou d'Ouest,
des vents de mousson
qui n'en font qu'à leur tête
et apportèrent
du nord
un sultan
et son goût
pour les choses
raffinées.
Par exemple
la musique.
Pas celle de l'Ouest
ou de l'Est lointain.
Non
le Taarab
d'Oman.
Arrivé dans ses bagages
et tenu
bien secret
en ces murs
pour la joie
du Sultan.
Que croyez vous qu'il arrive ensuite?
Comme si le chant
et la joie qu'il procure
pouvait être circonscrit
aux seules royales oreilles!
Comment les fameux clubs où l'on chante
se sont disséminés dans tout Zanzibar
et ont volé un peu d'acidité
-bienvenue-
aux sirops des rues
vous le saurez
en écoutant
"Instantanés du monde à Vuga" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

vendredi 26 juin 2015

Quelle cacophonie?

on était dans un jardin modeste
d'une petite maison de Pondichéry
et Gilbert Pounia
du groupe Ziskakan
m'expliquait sa joie
d'entendre la voix
du rémouleur
suivi crescendo
par le son
du balai de branches
ponctué de quelques cris de corbeaux.
Bref
un concentré de l'Inde
sur une mesure à trois temps.
Tout le contraire
de ce que certains grincheux appellent
une cacophonie.
Oui oui
je comprenais bien tout ça
et même plus
je savourais
de croiser quelqu'un
sensible aux mêmes sonorités
que moi.
Vivre (trop?) souvent avec un casque sur les oreilles
- un casque avec un micro au bout, hein
pas un casque qui coupe de tout
au contraire-
ça vous développe un sens du son
du rythme
du ton
qui nous fait nous réjouir
quand le cliquetis du métro
rebondit sur le rythme
des talons hauts...
Vous entendez ce que je veux dire?
Gilbert le raconte sûrement mieux
dans "Instantanés du monde sur la côte de Coromandel" (cliquez ici et ECOUTEZ!)
Photographie©Anne Bonneau

mercredi 24 juin 2015

Les sons, le soir, au fond des bois

C'est dans une salle de spectacle
offerte à quelques milliers d'enthousiastes
que se produisait
ce soir-là
Ziskakan.
Une salle au fond des bois
au bout de nulle part
ou au coeur d'autre part
la salle
de concert
d'Auroville.
Qu'est ce qu'ils faisaient là
les Ziskakan?
Ben, c'est un bon endroit
pour croiser des musiciens
venus
d'ailleurs
d'autre part
et aussi
des oreilles
plutôt libres
de vibrer
à ce que bon
leur semble.
Belle infrastructure
et bon auditoire
le soir
au fond des bois
c'est à écouter
dans "Instantanés du monde sur la côté de Coromandel" (cliquez ici pour assister - en audio- au concert)
Photographie©Anne Bonneau

lundi 22 juin 2015

Un goût d'enfance

C'est pas le goût de la barbe à papa
que l'on croise en sachets ici-bas
qui fait revenir Gilbert Pounia
sur la côte de Coromandel.
Peut-être celui du thé
que l'on buvait dans les cours
aux nuits tombées
de son enfance.
C'étaient les cours de la Réunion
à une époque où il n'était peut-être pas de bon ton
d'écouter battre le tambour
de mêler la cardamome au lait
de se laisser aller
au rythme
des psalmodies
venues
de loin
de là
de cette côte
où aujourd'hui
le musicien
passe
tourne
chante
joue
pour vous.
Ecoutez Ziskakan
en tournée
dans "Instantanés du monde sur la côte de Coromandel" (cliquez ici pour entendre l'émission)
et vous découvrirez
les petites madeleines
de Gilbert...
Photographie©Anne Bonneau

dimanche 21 juin 2015

Manucure et confiture

"ça fait mal?"
ai-je demandé à l'une des cueilleuses
en fin de journée.
Elle a ouvert ses mains
et m'a même invitée
à poser les miennes
dessus
pour sentir.
J'ai repensé à ma grand-mère
lorsque je geignais devant elle
des ampoules qui m'étaient venues
en l'aidant 25 secondes dans son jardin.
Ma grand-mère haussait les épaules
"Tu as des mains de paresseuse!"
Les mains de Sharmila
étaient calleuses
et douces
à la fois.
Je lui ai souri
elle a haussé les épaules.
Des mains de femme
indépendante
qui prends
sa vie
en main.
Ecoutez les cueilleuses
dans "instantanés du monde à Vandiperiyar" (cliquez ici pour les entendre)
Photographie©Anne Bonneau

samedi 20 juin 2015

Des vertus du hâle, ou pas...

Ce n'est pas pour la pluie
en ces pays aux eaux convenues
que cette donzelle
se couvre
si élégamment la tête.
Mais plutôt
pour se protéger
de l'éclat du soleil.
Car enfin
pas question
ici
de prendre du hâle.
La peau claire
a sa valeur
qu'il ne faudrait pas gâcher
par un hâle incongru.
Que dis-je incongru
un hâle qu'on abhorre
et qui vous classe illico
aux antipodes
de l'excellence.
Un commentaire, m'sieurs dames?
A l'heure où ceux de l'Ouest ( vous, nous, oui, oui et moi aussi!!!)
vont se précipiter
vers le plus proche rayon
pour se faire dorer
la pilule
histoire de ne pas rester
telle un cachet
à vous de voir
en tout cas
c'est à écouter
dans "Instantanés du monde à Vandiperiyar" (cliquez ici et vous entendrez l'émission)
Photographie©Anne Bonneau



vendredi 19 juin 2015

boire, Boire, BOIRE!!!!


A quoi pousse l'Instantané?
Aux rencontres
aux interviews
vous le savez...
Mais aussi
au thé.
Boisson essentielle
dans l'élaboration
des émissions...
Ma tasse ne me quitte pas
sur mon bureau.
Oh, pas des thés sophistiqués
comme celui-là sur la photo
ni lait
ni sucre
ni cardamome
ni gingembre.
Juste
du 
bon 
thé.
Dans "Instantanés du monde à Vandiperiyar" ( cliquez ici pour les entendre...)
mes fabricants de thé
préférés
vous donnent
leurs meilleurs recettes!
écoutez...
Photographie © Anne Bonneau