mardi 16 janvier 2018

Rouge!

Rouge la terre
rouge la poussière
volant sous le sabot
teintant les robes blanches
poussant les feuillages en automne
coulant en torrents mous
en cataractes folles
rouge le feu
des feuilles brûlées
au seuil du jour
les lèvres des mâcheurs de paan
crachant allegro
sur une terre
qui s'en moque
rouges les braises
où crépitent les épis de maïs
poudrés de piment
rouge.
Besoin de vous réchauffer?
Venez à Matheran
dans "Instantanés du monde dans les Ghats occidentaux"
Photographie © Anne Bonneau

lundi 15 janvier 2018

Revenir...

Revenir à Matheran.
Matheran
un nom qui peut signifier la forêt mère. 
Coiffant tout le plateau du village. 
Dans ces bois denses se cachent des bungalows de l’époque du Raj britannique.
Avant la «  découverte » de Matheran par Sir Mallet
les habitants de Matheran vivaient de la forêt. 
Las, les occidentaux eurent tôt fait de remarquer 
les indéniables avantages de ce lieu 
à l’abri du monde
sa situation était idéale
à une centaine de kilomètres seulement de Bombay
à 800 mètres d’altitude
un paradis en période de fortes chaleurs. 
Le couvert végétal
les points de vue  sur les plaines alentours
tout était réuni pour de fameuses saisons de ballade à cheval sur les sentiers rouges 
et de longs tea time sous les vérandas de monumentales maisons. 
Ajouter à cela une fraîcheur ravissant les rosiers des jardins
Matheran fut de longues années la station d’altitude en vogue.
Photographie © Anne Bonneau

dimanche 14 janvier 2018

En voiture!

Directions les Ghats Occidentaux
en train!
Quelques minutes d’arrêt
passagers et leurs monceaux de bagages se croisent
se casent
et s’invectivent 
porteurs en tête. 
A l’intérieur
quand chacun a trouvé sa place
on ne semble pas très intéressés par le paysage 
l’heure est au ravitaillement. 
Les employés de l’Indian Railway sillonnent les wagons pour prendre les commandes. 
Ils proposent des déjeuners chauds
deux menus, comme il se doit, un végétarien, l’autre non. 
Croquettes de légumes ou omelette. 
Puis passeront sans relâche des vendeurs d’eau
de thé
de café
de snacks
de chips en tous genres…
C’est la vie en voyage.
Entre les barreaux de fer sécurisant les ouvertures
à chaque arrêt 
passent des mains tendant quelques roupies contre des fruits
des verres de thé
des fritures et autres beignets pliés dans des feuilles de journaux.
Venez!
Photographie © Anne Bonneau