lundi 3 août 2015

"ces gens-là"


Encore un qui ne nous attendait pas.
Kalunath Kalbélia.
Et alors?
On déboule
il s'assied
et c'est parti
il raconte.
Ses succès
de musicien
et puis 
sa vie
en fronçant le nez.
Sa vie d'antan
de Kalbélia
de nomade
de gypsie
de charmeur de serpents
de hors caste
de fétu au vent
ses yeux brillent
je me régale
vous vous régalerez
Y'a que le chauffeur
qui ne voyait vraiment pas
pourquoi on frayait
avec "ces gens-là"...
Photographie©Anne Bonneau

vendredi 31 juillet 2015

Des filles qui battent


C'était la première fois qu'ils venaient en Inde
ce groupe de tambouriers de la Réunion.
Des petits jeunes qui s'attendaient à tout
ce qu'on leur avait promis
et même
pire.
Mais sûrement pas
à ces surprises que le sous-continent
sait
si souvent
vous réserver...
Une impro de tambour
avec une école rurale
perdue au fond des bois.
Et là
une bande de filles
faisant face aux p'tits gars
et battant aussi bien
mais
en dansant
en
même
temps.
"Elles déchirent!"
disait un de ces gars bouche-bée.
A la fin
ils ont joué
tous ensembles.
Leurs tambours mêlés
c'était trop frais!
Croyez-moi.
Ecoutez-les dans "Instantanés du monde au Tamil Nadu" (cliquez ici pour entendre la rencontre de deux classes de tambouriers, tout aussi classes l'une que l'autre...!)
Photographie©Anne Bonneau

jeudi 30 juillet 2015

Fièvre du dimanche soir

C'est comme ça tous les dimanches soir
sur le front de mer de Pondichéry
une foule dense qui déambule
et les vendeurs de sorbets
barbe à papa
et guirlandes de jasmin
qui imposent
des arrêts
dans ce flot
incessant.
Sauf que cette fois-ci
un petit groupe de Réunionnais
faisait de la concurrence
aux vendeurs de maïs grillés
pois chiches à grignoter
tranche de pastèque à croquer.
Avec leurs tambours de peau
ils ont attiré les foules
comme des mouches.
Bien plus savoureux
que les glaces au lait
les bulles de savon
les concombres au piment.
Ecoutez le petit effet qu'il font
sur "la promenade"
comme on dit là-bas
avec l'accent...
Dans "Instantanés du monde au Tamil Nadu" (cliquez ici pour entendre l'ambiance!)
Photographie©Anne Bonneau

mardi 28 juillet 2015

Feu sacré

Ils ont sans arrêt besoin de feu
quand ils se promènent dans la rue
les tambours sacrés.
Oui c'est sûr
il y en a qui fument
mais c'est plutôt
pour tendre leur tambour
que les gars
demandent du feu
au premier venu.
Comme là
il s'agissait d'ouvrir un cortège
à un rythme soutenu
pas question
d'alpaguer le chaland.
Non
les organisateurs avaient prévu
une petite charrette
et un pot de terre
contenant le feu.
D'ailleurs
il y en a un
qui s'est fait taper sur les doigts
car il a voulu allumer le feu
avec sa cigarette.
Nelson n'a pas aimé.
Non mais
le feu
c'est sacré
comme un tambour.
Suivez-les dans "Instantanés du monde au Tamil Nadu" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Photographie©Anne Bonneau

lundi 27 juillet 2015

D'une plage à l'autre

Il y en a qui sur la plage
font griller des sardines
ou du lard
c'est la saison
eux
quand ils franchissent la digue
pour fouler le sable blanc
c'est pour se griller la peau.
Ou plutôt celle de leurs tambours.
Une petite répétition
au grand air
proche de cet océan
qui rapproche
des racines
et des autres
aussi
parfois
pour les Tambours Sacrés
de la Réunion.
Une quinzaine de gars
qui s'adonnent
sur une plage du Tamil Nadu
à l'art de la baguette.
Que diable sont-ils venus faire
dans cette fournaise?
Ecoutez l'aventure de jeunes tambouriers
souhaitant renouer
avec leur racines
tamoules
dans "Instantanés du monde au Tamil Nadu" (cliquez ici pour entendre l'émission)
Et vous
iriez-vous?
Renouer avec vos racines?
Photographie©Anne Bonneau

vendredi 24 juillet 2015

Crincrins et autres guimbardes


Je sais qu'il me soupçonne
de le faire exprès
quand je travaille avec lui 
exprès de choisir des sujets 
avec des sons pas très...
comment dirais-je?
pas très...
harmonieux?
Il n'en est rien!
Vous pensez bien.
Mais c'est vrai que c'est pas de chance
pour Pierre
c'est toujours lui qui tombe sur les sujets
genre
école de musique dans l'Himalaya
oooooh les flûtes et harpes en cacophonie...
élèves apprentis en nadaswaram dans le Tamil Nadu
aïïïïe les grincements nasillards et autres canards...
Eh, c'est pas un métier facile, hein
et encore
je fais un tri sélectif
pour éviter d’abîmer les oreilles sensibles
des techniciens qui travaillent sur Instantanés...
Pierre ne vous en a gardé que des échantillons nécessaires-et-suffisants
de ces volutes déchirantes...
écoutez, si si, vous pouvez, "Instantanés du monde à Koviloor" (cliquez ici en toute sécurité)
Photographie © Anne Bonneau

jeudi 23 juillet 2015

Recrute, désespérément


Des jobs à prendre 
il y en a presque autant
que de divinités
en Inde.
Dans les temples, tenez
comme ici
à Koviloor
on en cherche, des employés
et attention, hein, 
pas du menu fretin
des artistes
qualifiés
des musiciens
pour ne rien vous cacher.
Qu'est-ce qu'on gagne?
à peu près deux fois le salaire moyen.
Plus qu'un diplômé.
Mais que voulez-vous
ces métiers-là n'ont plus la côte.
Plus de musique vivante dans les temples
des enregistrements
des sonos
de l'électrique
du synthétique
du mantra, made in polyester
écoutez, c'est Swami Meyyappan qui le dit, dans "Instantanés du monde à Koviloor" (cliquez ici pour l'entendre)
Photographie © Anne Bonneau